Facebook Linkedin Instagram Contact

 
 

Le monde d aujourd hui

Pas sans les 50% de l'humanité !

  • Par BerylBES
  • Le 06/05/2020
  • 0 commentaire

Le monde d’aujourd’hui : avec les « autres 50% » de l’humanité, les femmes !
C’est maintenant et tout de suite que nous avons l’opportunité de repenser nos économies, notre société !
Nous devons sauvegarder cette planète qui nous accueille pour préserver l’Humain. La nature, quant à elle, faisons lui confiance, nous survivra …



Arrêtons de procrastiner !
Cessons de remettre à demain l’enjeu majeur de ce 21eme siècle : notre lieu de vie, notre environnement !

Au risque d’aller au-devant de bien des catastrophes … encore

Chacun-e à son niveau,à son propre rythme, abordera cette phase de prise de conscience et de résilience mais il est clair que si nous ne prenons pas soin d’embarquer un maximum de personnes dans cette relance, d’autres catastrophes surviendront.

Mon engagement est, depuis des années, la juste place des femmes dans nos organisations
« N’oubliez jamais qu’Il suffira d’une crise, .... » comme le disait Simone de Beauvoir, pour voir renaître tous les mauvais réflexes.
Notamment, l’absence de femmes dans de nombreux états majors, alors que ce sont elles qui sont au front

Plutôt que de les applaudir, revalorisons leur rémunération, car féminisé veut souvent dire sous payé

Pour rappel,
Les femmes représentent 87% des aide-soignant.e.s, 90% des infirmier.ère.s, 46% des médecins, 83% des enseignant.e.s du 1e degré, 58% des enseignant.e.s du 2e degré, 38% des enseignant.e.s du supérieur. !
La fermeture des crèches, des écoles a déséquilibré l’organisation des foyers en cantonnant très souvent l’activité des femmes à la sphère familiale et a densifié une charge mentale devenue aussi physique.
Ces fermetures ont eu pour conséquence également de mettre à l’arrêt les emplois des femmes, majoritaires dans ces domaines, accentuant encore ce phénomène de déséquilibre

«Combien de femmes appartiennent aujourd’hui aux équipes qui conseillent les décideurs politiques ?
Combien de femmes s’expriment comme expertes sur les plateaux TV et dans les médias? Peut-être sont-elles sollicitées …mais elles disposent sans doute de moins de temps pour y répondre, car ce n’est plus une « double journée » qui les assaille aujourd’hui mais une triple voire quadruple journée si un tel décompte a encore un sens. »

Questions que se posent Frédérique Pigeyre, Professeure du Cnam, chaire Genre, mixité, égalité femmes-hommes de l’école à l’entreprise http://blog.cnam.fr/politique/societe/l-egalite-femmes-hommes-mise-a-mal-par-la-pandemie-de-covid-19-1164120.kjsp

Veiller à avoir des équipes équilibrées en nombre d’hommes et de femmes est un impératif pour parer à tous les travers des siècles derniers
Dans ce nouveau monde d’aujourd’hui, les femmes doivent avoir la parole au même titre que les hommes.

Cette relance verte https://www.youtube.com/watch?v=gT1-1jlx2R0 ne pourra pas se faire sans elles
Cette relance verte se doit d’être inclusive sinon elle ne sera pas !

C’est ici qu’intervient le numérique, qui va être, je l’espère , le levier de cette relance verte et inclusive
Le numérique sobre, évidemment, est déjà depuis quelques semaines au cœur de nos vies, il a révolutionné notre façon de travailler, d’enseigner, de soigner, de vivre et ce n’est pas fini....
Il est maintenant central

Comme l’écrit si bien Guy Mamou Many dans son dernier article "Il agit comme un catalyseur et un accélérateur. Il active de manière éclatante le virage numérique de pans entiers de la société." https://www.linkedin.com/pulse/le-covid-catalyseur-de-la-transformation-num%C3%A9rique-guy-mamou-mani-

Il faut donc utiliser cet outil, qui ne remplacera jamais les échanges humains mais qui apporte une proximité et une connaissance augmentées tout en restant vigilant cependant sur son empreinte écologique pour ne pas reproduire les erreurs du passé.

Cette transition écologique et numérique devenue, avec le Covid19, une révolution écologique et numérique ne se fera pas sans les « autres 50% » de l’humanité et c’est tout le projet Be Amazonial !


 

femmes et écologie femmes et numérique mixité place des femmes

Ajouter un commentaire