Facebook Linkedin Instagram Contact

Emma ayout 1

Ecologie, politique, place des femmes

Témoignage d’Emma AYOUT, femme, politique, engagée et écologiste.
Emma
est née en 1991 à Paris où elle vit actuellement. Aujourd’hui, elle est chargée de mission accueil et habitat des gens du voyage et des migrants au ministère de la Cohésion des territoires. 

 

Poste à forte composante interministérielle et de liens avec les services déconcentrés.

De plus elle est 3è tête de liste écologiste dans le 15è arrondissement de Paris pour les élections municipales 2020 et elle occupe deux mandats internes au sein de son parti.

 

Son parcours en bref

Les bagages :
Licence de droit à la faculté Paris-V-Descartes et master I droit public à Paris I La Sorbonne. Master II Administration générale en co-habilitation Panthéon-Sorbonne et École normale supérieure. Obtention du concours des IRA (Institut Régional d’Administration).
Anecdote : Lauréate au lycée du concours de plaidoirie régionale organisée par le ministère de la Justice

A l’IRA
Stage au ministère de la Justice à la Direction des affaires criminelles et des grâces au bureau du droit pénal. Stage au ministère de l’Environnement à la Direction des affaires européennes et internationales pour préparer le premier conseil de l’Union européenne dans sa formation environnement après la COP21 (liens administrations, ambassade, commission européenne). Réalisation d’un rapport (diagnostic et propositions) sur la prévention des expulsions locatives à la demande de la direction départementale de la cohésion sociale du Nord. Participation à la session inter-écoles de la fonction publique sur la gestion de crise à l’École nationale supérieure des officiers sapeurs-pompiers.

Avant l’IRA
Stage au service de l’audit externe des organisations internationales à la Cour des comptes.
Stages en cabinets d’avocats et entreprise (Kalone, Mayer Brown, groupe Le Monde).

Les acquis :
Après des études brillantes et une orientation professionnelle satisfaisante, Emma a pu, grâce à ses rencontres sur le ‘terrain’ acquérir des qualités d’adaptabilité permanente, une réactivité salutaire face aux délais très contraints. Elle a pu mettre en application ses aptitudes à l’action, dans les domaines juridiques, politiques publiques, d’organisation et accompagnement des structures, d’animation territoriale, du normatif, du budgétaire, du traitement contentieux à la Cour européenne des droits de l’Homme.


L’INTERVIEW


ˮ Il y a de vraies avancées à mon avis sur la représentation féminine en politique car l’égalité est un sujet fortement abordé depuis quelques années. Des figures inspirantes émergent, qu’elles soient écologistes ou pas. ”

Ta définition de l’écologie ?
L’écologie est pour moi un modèle de société qui vise à préserver les ressources naturelles afin de garantir la pérennité de la vie humaine.
Les décisions collectives et individuelles ne doivent donc pas porter atteinte à l’environnement.

Pourquoi t’engages-tu dans l’action pour l’écologie ? et ton engagement de quand date-t-il ?
Parce que je veux que l’humanité puisse continuer à vivre sur cette magnifique planète ! On n’a pas de planète B, on est au courant de ce qui se passe et ce qui nous attend donc on ne peut pas ne rien faire. Ce serait stupide et suicidaire. Les êtres humains savent faire des choses incroyables, nous avons tout pour être heureux sur cette terre si extraordinaire, mais on gâche tout pour un modèle dérisoire puisque les inégalités ne cessent d’être plus flagrantes.
Je soutiens un parti écologiste depuis 5 ans et suis plus particulièrement investie au sein de celui-ci depuis 2019.
J’ai grandi dans une famille qui faisait attention à l’eau, à l’électricité, au bien-être animal et à l’origine des produits.
Si tous les humains faisaient certains gestes ça changerait beaucoup. Face aux lobbies et à l’immobilisme politique mondial, c’est en réalité par la société civile et les villes que les comportements vertueux existent (d’où l’enjeu crucial des municipales !). On ne risque pas nos vies en changeant nos comportements bien au contraire ! On peut faire des efforts, non ?!

Ton environnement familial, amical, estudiantin et professionnel a-t-il été un vecteur, un catalyseur de ton engagement actuel ?
Ah ça c’est clair que ma famille y est pour quelque chose !
Je viens d’une famille engagée politiquement depuis au moins mes arrière grands-parents. Suffragette, premier instituteur laïc, résistants, anticolonialistes, républicain espagnol antifranquiste et j’en passe, voilà les profils de ma famille !
Plus récemment mes oncles, tantes et parents, à différents niveaux, se sont engagés. Délégués syndicaux, militants de partis politiques, fondateurs d’école Freinet, échanges humanitaires en Afrique, etc.
J’ai toujours eu envie d’être utile.
C’était le sens de mes études de droit, car, en vérité, et même si cela peut paraître candide, je hais l’injustice. A l’école je m’indignais face à ce que je considérais être une injustice.
Je suis partie en mission humanitaire à 14 ans au Sénégal et ça a été un premier choc, notamment en comparant notre modèle de consommation occidental à celui du mode de vie sénégalais et ouest africain en général.
J’ai évolué avec des gens très différents et cela a nourri mes réflexions politiques. J’ai grandi dans un quartier très populaire de l’est parisien avec des personnes d’origines très diverses, j’ai été écolière en primaire avec une pédagogie spéciale (Freinet), puis en ZEP, puis dans un lycée parisien chic dans le Marais. Ma mère m’a éduquée pour que je sois à l’aise dans tous les milieux.


A ton avis l’écologie et sa défense sont-elles « genrées », les femmes sont-elles assez représentées et actives ? Et dans la politique en général ?
En tout cas le parti que je soutien est le premieri, alors qu’il n’y avait encore aucune obligation légale, à avoir instauré une exigence de parité, sujet très important au sein des instances. Une commission sur le féminisme très active et une cellule contre le harcèlement sont également en place.
Au-delà du parti, les femmes sont les premières victimes des changements climatiques. On peut citer en exemple le fait qu’elles soient de corvée d’eau dans nombre de pays.
Il y a de vraies avancées à mon avis sur la représentation féminine en politique car l’égalité est un sujet fortement abordé depuis quelques années. Des figures inspirantes émergent, qu’elles soient écologistes ou pas.
En Finlande dernièrement où le pouvoir est féminin, à Barcelone où la maire Ada Colau est sensible aux questions écologiques, au congrès des Etats-Unis où des membres démocrates sont issues des minorités ou encore Greta.
En France, des jeunes femmes brillantes émergent et forcent l’exemplarité. Par exemple, Marie Toussaint, députée européenne, à l’origine de la pétition « l’Affaire du siècle » dont l’objet est la poursuite en justice de l’Etat pour son inaction climatique et qui a rassemblé le plus de signatures de l’histoire française.

Faudrait-il mettre en place des moyens pour les motiver davantage et leur permettre d’accéder à l’engagement ? Et dans ce cas lesquels ?
A mon sens, et il ne faut pas se leurrer, on est obligé bien souvent d’en passer par la loi avec des obligations en termes de parité, c’est ce qui permet d’augmenter la représentation des femmes dans l’exercice de mandats électoraux en France.
A mon avis, les femmes pensent à la conciliation vie personnelle et vie professionnelle alors que les hommes ne semblent pas se poser cette question. Ils n’ont pas de culpabilité et ne doutent pas de leur compétence en général, contrairement aux femmes.
Leur donner confiance, les encourager, tout commence par l’éducation des filles par leurs parents et à l’école.
Dans les partis, il faut des exigences de parité et des règles en matière d’aménagement du travail. Par exemple les sessions parlementaires de nuit ou les week-ends n’existent pas dans bon nombre de pays ! Et ils parviennent, malgré ça, à bien faire leur travail !
De même pour les heures des réunions et les horaires en général. Il y a une culture du présentéisme en France alors que chez un certain nombre de nos voisins européens si l’on termine tard ou que l’on fixe des réunions après 16h, c’est qu’on n’a pas su s’organiser ou bien qu’il y a une surcharge de travail dont il faut parler avec son supérieur ou que l’on est des parents indignes !!!!.
Le temps de parole aussi est important. Par exemple dans les réunions politiques, il faut s’assurer que les femmes ont pu s’exprimer car des études ont montré que les femmes s’exprimaient moins que les hommes, sur les plateaux télé par exemple.
Les conditions doivent être réunies pour que les femmes se sentent confiantes pour s’engager.

Ecologie et politique : duo gagnant ou à conquérir ?
L’écologie ne doit pas être circonscrite.
Elle doit irriguer toutes les politiques publiques. Elle ne doit pas être une amélioration du mercantilisme, mais une remise en cause de notre modèle de croissance mortifère qui détruit l’environnement, donc les conditions mêmes de la survie de l’espèce humaine.
Mais l’écologie c’est aussi quelque chose de positif pour nos politiques : des opportunités économiques avec des nouveaux emplois (généralement non délocalisables), de l’innovation, ça veut dire mieux manger, mieux respirer, moins de maladies dues à la pollution et aux produits phytosanitaires ou encore plus de rapprochement vers la nature.

Qu’attends-tu de la campagne municipale que tu fais ?
J’attends qu’un grand nombre de mairies soit gagnées par mon parti écologique. Tous les jours on nous parle de catastrophes écologiques. Aujourd’hui, les effets nous les subissons.
J’espère donc que l’électeur va réaliser qu’il faut voter écologique, que nous sommes sérieux, en capacité d’administrer. Car c’est une critique qu’on fait souvent au parti que je soutiens, mais comment faire confiance aux partis qui n’ont jamais pris les décisions adéquates pour notre planète et notre bien-vivre et considérer les Verts comme des « rigolos » alors qu’ils avaient annoncé ce qui se passe ?

Que fais-tu au quotidien pour l’écologie ?
Lorsque l’on consomme aujourd’hui il faut penser local, bio et même social (conditions de travail de certains travailleurs à l’étranger). En même temps il y a la question du budget, mais certains comportements écologiques font faire justement des économies.
Ainsi je fais une partie de mes produits ménagers et cosmétiques.
En outre, je n’utilise plus de cotons jetables, j’utilise des carrés lavables, ainsi que des cotons-tiges réutilisables, des serviettes hygiéniques lavables, une brosse à dent biodégradable, du shampoing solide, du savon et je viens d’acheter des mouchoirs en tissus.
J’ai une gourde et je n’achète pas de vaisselle jetable.
Je prends les transports en commun au quotidien, je ne prends pas l’avion pour des vols internes et j’utilise le train et le covoiturage en priorité pour des pays limitrophes.
D’autre part, je trie mes déchets et j’ai un compost de cuisine.
Je fais souvent mes courses dans une Ruche. Il s’agit d’un endroit où l’on va chercher ses courses une fois par semaine et dont les produits sont locaux et généralement issus de l’agriculture biologique. J’apporte mon cabas et je réutilise des sachets pour fruits et légumes.
J’ai baissé ma consommation de viande.
De manière générale, je porte une grande attention à l’origine des produits. Par exemple les œufs que j’achète sont issus de poules élevées en plein air et nourries sans OGM.
De même pour la viande et le poisson j’évite leur origine dans des lieux éloignés et je vérifie les méthodes de pêche.
De même pour les objets et les vêtements j’essaye le plus possible qu’ils soient fabriqués en France ou tout le moins en Europe. Mais cela n’est pas forcément possible.
C’est un travail au quotidien car, tous les jours, on découvre de nouveaux effets nuisibles à nos actions. Ainsi, j’ai appris l’an dernier que la crème solaire portait atteinte aux coraux. J’ai donc acheté une crème solaire sans filtres chimiques.
A côté de mes actions de consommatrice, je fais des dons à des associations de protection de l’environnement, je signe des subventions et j’ai mon action militante avec mon parti écologiste.

Un petit mot peut-être sur Greta et la nouvelle génération ?
Je suis soulagée que les jeunes se mobilisent pour que nous changions de modèle. Ce sont souvent les enfants qui éduquent leurs parents désormais sur la question écologique.
Je suis scandalisée des violentes réactions qui ont été suscitées par Greta. Voilà une jeune fille qui dénonce le suicide collectif auquel nous amène notre modèle de société et des dirigeants lui reprochent de ne pas sourire ou de ne pas proposer de solutions !!!.
Mais c’est une blague ?! Ce n’est pas à une jeune fille de 16 ans d’apporter des solutions, mais aux dirigeants. Ils préfèrent critiquer une jeune personne bien plus consciente qu’eux, au lieu d’agir contre le chaos dans lequel leur immobilisme nous entraîne.


Merci Emma pour cet éclairage et ce témoignage vivant et engagé.

Propos recueillis par Corinne Kurek





 

femmes et écologie politique engagement environnement entretien

Commentaires

  • Sophie BL
    • 1. Sophie BL Le 26/06/2020
    Jeune, engagée, responsable et déjà un beau parcours. Bravo
    • ck-beamazonial
      • ck-beamazonialLe 17/07/2020
      Merci, en effet, une belle, sage et très intéressante personne à suivre ...

Ajouter un commentaire