Facebook Linkedin Instagram Contact

Reduire son empreinte numerique

Empreinte numérique : comment la réduire ?

Il ne s’agit pas de contraindre, de punir, de culpabiliser mais d’avertir, renseigner sur ce que, à notre échelle, il est possible de faire simplement, presque automatiquement, pour doper notre conscience écologique et responsable. Le covid-19, pour catastrophique qu’il est, a fait émerger des réflexions en profondeur sur nos modes de consommation et notre modèle économique devenu caduque.


Un peu de chiffres relatifs à Internet (à l’échelle mondiale)

9 milliards d’appareils, dont 2 milliards de smartphones, 1 milliard d’ordinateurs
5 à 7 milliards d’objets connectés
45 millions de serveurs
800 millions d’équipements réseaux, box ADSL entre autres...
Fabrication d’un ordinateur :
240 kg de combustibles fossiles, 22 kg de produits chimiques, 1,5 tonnes d’eau. Pollution assurée !
Consommation énergétique : émissions de gaz à effet de serre liées au numérique (1)
Data centers 47%
Infrastructures réseau 28%
Équipements des consommateurs 25%


Rappel : la fabrication des appareils et une mauvaise gestion de leur fin de vie représentent le plus important des impacts environnementaux.


Côté équipements, les verbes à conjuguer :

  • Allonger l’espérance de vie de nos appareils (2).
  • Choisir du reconditionné plutôt que du neuf
  • Privilégier les labels environnementaux (Blue Angel, TCO, EPEAT…) lors d’acquisition de matériel informatique.
  • Eliminer les logiciels inutiles, ralentisseurs d’ordis
  • Faire réparer avant de jeter. Oui la plupart des matériels sont réparables !
  • Donner à des organismes spécialisés dans le reconditionnement
  • Déposer les encombrants en magasin (souvent contre un nouvel appareil inévitable), dans des structures de recyclage ou des conteneurs spéciaux


Côté numérique, les bonnes pratiques
Il n’y a pas d’usage du Net sans impact environnemental, comme il n’y a pas de véhicule « propre ». Ceci dit, on ne peut stopper la marche du progrès numérique et son utilisation exponentielle. A nous de trouver un équilibre entre ces deux incontournables : sauvegarde de l’environnement et utilisation du digital.

On le sait (ou on devrait le savoir), l’utilisation d’un moteur de recherche, l'envoi d'un courriel ou le stockage mal pensé de fichiers, vidéos et photos, sont autant de pratiques devenues quotidiennes, coûteuses en énergie, sans que nous en soyons très conscients.
Pour devenir (ou rester) un internaute intelligent et éthique, on a le choix entre quelques astuces très simples, à consommer sans modération (au moins un maximum d’entre elles).

L’énergie directe  (3)

  • Mettre en veille son ordi au bout de 3 minutes sans utilisation et l’éteindre en cas de pause prolongée.
  • Eteindre box et boîtier TV


E.mails (4)

  • Envoyer un minimum de mails, limiter les pièces-jointes, les destinataires et les copies cachées inutiles 
  • Trier, classer, supprimer ses mails.
  • Grouper au maximum, utiliser un style simple et rapide (le temps passé à écrire et lire constitue la principale source d'impacts)
  • Privilégier le format texte (12 x plus léger que le HTML)
  • Automatiser la destruction des SPAMS.
  • Alléger les signatures des mails (pas d’images ou en basse-définition)


Stockage et transfert (5)

  • Fournir un document via une clé (destiné à quelqu’un proche bien sur) au lieu d’un transfert digital
  • Éviter la 4G
  • Se rapprocher des collègues pour discuter plutôt que le faire via le Net. (pas forcé non plus de monopoliser la machine à café !)
  • Utiliser du local (disques durs internes ou externes) pour le stockage de ses données en lieu et place du cloud.


Les + en - (6)

  • Se servir de la fonction « favoris » pour les sites fréquemment utilisés et fermer le plus possible d’onglets.
  • Utiliser le streaming avec parcimonie.
  • Ne garder que les bonnes photos.
  • Eviter les selfies, les vidéos, les films qu’on peut oublier …


Contribuer, individuellement, à réduire son empreinte numérique tout en bénéficiant des avancées techniques et technologiques, tel est le défi que nous pouvons, très aisément relever aujourd’hui. Go ….

 


(1) Les “centres de données” consomment 10% de l’électricité mondiale et sans changement notoire, on devrait passer au double en 2030 (Jones 2018). Allumés 24 heures sur 24, une box ADSL et le boîtier TV associé consomment de 150 à 300 kWh par an, soit la consommation électrique annuelle de 5 à 10 ordinateurs portables 15 pouces utilisés 8 h par jour ! Éteindre sa box pendant la nuit permet d'économiser 65 à 130 kWh, entre 8 et 16 euros et 650 à 1 300 litres d’eau par an.

(2) Selon l’ADEME, Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie : Piles, batteries, accumulateurs, puces électroniques… Les composants de nos appareils contiennent des substances toxiques pour l’environnement et pour la santé. De l'extraction des métaux rares nécessaires à leur fabrication jusqu'à leur traitement en tant que déchets, il est important de limiter au maximum leur empreinte écologique tout au long de leur cycle de vie ! Mieux vaut donc en changer le moins souvent possible. Garder le plus longtemps possible ses équipements numériques (>4 ans). Si vous en prenez soin, un smartphone peut être utilisé pendant 5 ans et un ordinateur portable plus de 10 ans !

(3) Éteindre sa box et le boîtier TV : allumés 24 heures sur 24, une box ADSL et le boîtier TV associé consomment de 150 à 300 kWh par an, soit la consommation électrique annuelle de 5 à 10 ordinateurs portables 15 pouces utilisés 8 h par jour ! Éteindre sa box pendant la nuit permet d'économiser 65 à 130 kWh, entre 8 et 16 euros et 650 à 1 300 litres d’eau par an.

(4) Envoyer un e-mail consomme autant d'énergie que de le stocker pendant 1 an. Plus un mail est lourd, plus son impact environnemental est important, évident mais c’est mieux en le disant.

(5) Le stockage en ligne de ses e-mails, photos, vidéos, musiques et autres documents induit des aller-retours continus entre le poste de l’utilisateur et les serveurs. Or, une donnée envoyée via Internet consomme deux fois plus d’énergie que son stockage pendant un an. D’où l’intérêt de stocker, sauvegarder ses éléments sur des supports physiques locaux.

(6)  Les vidéos en ligne représentent plus de 60% du trafic internet. Le streaming HD d’une émission HD via une box ADSL émet autant de gaz à effet de serre que de fabriquer, transporter et lire un DVD ! Si possible, donc utiliser la TNT pour les émissions en direct.



Sources
https://www.wwf.fr/agir-quotidien/numerique
https://www.liberation.fr/debats/2020/03/27/vous-avez-du-temps-nettoyez-vos-dechets-numeriques_1783284

empreinte numérique bonnes pratiques impact environnemental sobriété numérique

Commentaires

  • julie
    • 1. julie Le 14/07/2020
    Bravo Corinne pour cet article
    Très instructif meme quand on pense être informé on apprend toujours
    Je vais de ce pas "nettoyer" ma boite mail
    • ck-beamazonial
      • ck-beamazonialLe 17/07/2020
      Merci, nous ne sommes pas né.es (pour la plupart) avec ces usages numériques. Il nous faut donc les apprivoiser, nous les approprier sobrement, utilement, pour qu'ils ne demeurent que des outils et non pas des fins en soi ....

Ajouter un commentaire